Culture et Traditions au Costa Rica

La culture et les traditions du pays sont principalement le fruit d’un brassage entre la culture espagnole et celle des populations indigènes natives. On retrouve ce mélange à tous les niveaux et notamment dans les célébrations religieuses catholiques, où il est plus que fréquent de voir apparaitre des éléments du folklore indigène. Toutefois les influences Afro-Caribéennes sont également palpables !

Sorry for the inconvenience.

Search again what you are looking for

Quelques aspects de la culture et des traditions costaricaines

Les légendes

Tu auras peut être la chance lors de ton voyage d’assister à une fête de village ou à un défilé et de voir ses incontournables géants qui dansent ! Les masques qu’ils arborent sont chargés d’histoires et de légendes.Tu pourras reconnaître le riche propriétaire blanc et sa femme, la Cegua (belle blonde à tête de cheval), el Cadejos (chien noir aux yeux injectés de sang), los duendes (sorte de trolls ou farfadets, habitants des bois), la sorcière et bien d’autres !

Walter Ferguson

Chanteur de calypso, il est né au Panama, mais a passé toute sa vie à Cahuita sur la côte Caraïbes du Costa Rica. Ses textes, combinaison d’humour et de drame, racontent la vie des gens du coin et n’ont pour seul accompagnement que le son de sa guitare. Depuis longtemps reconnu au Costa Rica, c’est à 83 ans, suite à la forte pression d’un studio d’enregistrement, qu’il sort son premier disque, Babylon. Le succès est total, dans le pays comme à l’international !

Danses

En bons latinos qui se respectent les Ticos aiment danser ! Le Costa Rica possède une belle diversité musicale à la croisée des cultures afro-caribéennes et latines. Les musiques et danses les plus populaires sont le merengue, la salsa, la cumbia, le boléro ou encore le swing criollo (danse sautillante des quartiers populaires de San José). A ces danses de tous les jours s’ajoutent les danses traditionnelles des jours de fête, comme le Punto Guanacasteco (danse nationale où les talons claquent et les jupes colorées,en satin,  virevoltent), la danse de la Yegüita ou de « la petite jument » (danse traditionnelle religieuse qui conjugue les traditions chorotegas et catholiques), la « Danza de los Diablitos » (danse Boruca qui met en scène le conflit entre les indigènes et les colons espagnols), et bien d’autres !

Littérature

On peut citer Carlos Luis Fallas, un des plus grands romanciers costaricains, qui s’est rendu célèbre avec Mamita Yunai, un roman qui dénonce les conditions de travail de la United Fruit Company, où il travailla durant quelques années.

L’indien huetar, José León Sánchez, est également une figure de proue de la littérature costaricaine. Son premier ouvrage, La Isla de los hombres solos, raconte sa vie dans le pénitencier de l’île San Lucas. Il y fut emprisonné 20 ans après avoir été accusé à tort d’être l’auteur du vol de la Basilique de Nuestra Señora de los Angeles.

Chars à bœufs et Boyeros

Les charrettes à bœufs, arborant des motifs géométriques aux couleurs éclatantes, sont les pièces maîtresses de l’artisanat de Sarchí. Tu auras peut être la chance de les voir en taille réelle lors d’un « desfile de los boyeros » c’est-à-dire un défilé des « maitres-bœuf » ou lors d’une fête de village. Bien qu’aujourd’hui très peu utilisée lors des travaux agricoles, la charrette à bœufs est le symbole national du travail au Costa Rica et constitue un attribut incontournable lors des parades !

Les « Tope » (à prononcer Topé)

Ce sont des parades de chevaux où les cavaliers font montre d’incroyables prouesses en termes de dressage et où les montures arborent leurs plus beaux atours! Ces fêtes populaires finissent le plus souvent en un bal joyeusement animé. Presque chaque village a son Topé. Toutefois ceux de San José, de Palmares, d’Alajuela et de Santa Maria de Dota sont de loin les plus renommés !