Panama

A la jonction des deux Amériques et point de liaison de deux Océans, le Panama est une terre de passage. Loin de le réduire à une route ou à un canal, sa situation exceptionnelle en a fait un pays d’une richesse rare, chargé d’histoire et de métissage en plus d’une biodiversité des plus extraordinaires !

Toutes les activités au Panama :

smiley fb

Infos sur le Panama

... en vrac certes, mais captivantes !

UN PEUPLE JEUNE ET PROFONDEMENT MÉTISSÉ

En 2017 le Panama comptait près de 4.1 millions d’habitants. Ce serait le troisième pays d’Amérique Centrale le plus métissé après le Honduras et le Salvador avec 70% de sa population qui serait issue d’un métissage, blanc/amérindien principalement. Le reste est composé à environ 10% de blancs, 9% de noirs, 7% d’amérindiens et 4% d’asiatiques! La population indigène est répartie en sept groupes : Les Kuna, les Emberá et Wounaan, les Ngöbe et Buble, les Bri-bri, et les Naso. Tous ces groupes ont conservé leur langue propre ainsi que leurs traditions et coutumes. Leurs luttes pour la défense de leurs droits ancestraux et la protection de leurs territoires ont déjà abouti à la création de 5 zones autonomes : ce sont les Comarcas !

Peut être seras tu surpris par la quantité de jeunes au Panama. Ceci est loin d’être une élucubration de ton esprit puisque plus de 50% de la population Panaméenne a moins de 25 ans !

UN ISTHME, VÉRITABLE PONT ENTRE DEUX CONTINENTS

L’isthme du Panama est une bande de Terre apparue bien après les continents Américains du Sud et du Nord. En effet, pendant plus de dizaines de millions d'années, le Pacifique et l'Atlantique communiquaient au niveau de l’actuel Panama, séparant ainsi les deux masses continentales. Il y a 15 millions d’années, la collision de deux plaques tectoniques, entrainant la subduction de la plaque Pacifique sous celle des Caraïbes, a engendré la formation de volcans sous-marins et conduit une partie de la lithosphère océanique à émerger lentement. Ce phénomène, conjugué à l'accumulation de sédiments en provenance des continents, a conduit à la constitution de l’isthme, événement majeur de l'histoire terrestre, séparation de deux océans et connexion de deux continents.

L’impact de cette fermeture fut considérable car en modifiant la circulation océanique elle eu pour conséquences rien moins que la création du Gulf Stream et la mise en place de la circulation méridienne de retournement atlantique (AMOC) actuelle. De plus, ce raccordement aurait permis le "Great american interchange", phénomène de dispersion, compétition et diversification de la faune et de la flore entre les deux continents américains. Rien étonnant donc que la diversité biologique du Panama soit l’une des plus importantes du monde ! La formation de l’isthme a longtemps été datée d'environ 3 millions d'années. Toutefois, les dernières données géologiques remettent en cause ce chiffre et indiquent qu’il y a 10 millions d'années les deux continents n'étaient déjà plus séparés que par un maigre détroit…

PANAMAX VERSUS POST-PANAMAX

Le canal de Panama, long de 80 km traverse l'isthme de Panama et offre ainsi une voie d’eau entre l’Atlantique et le Pacifique. Initié en 1880 par les Français sous la houlette de Ferdinand de Lesseps, ce sont les Américains qui prennent la relève et en achèvent les travaux en 1914. De là, jusqu’en 1999, les recettes allaient aux Américains et c’est seulement à la veille de l’an 2000 que le canal fut rétrocédé au Panama.

Avec des écluses de 33.53 m de large, 320 m de long et 29.5 m de profondeur, il s’agit d’un fascinant ouvrage d’ingénierie ! Les bateaux dit Panamax sont ceux dont les dimensions, au centimètre près, autorisent le passage du canal. Les autres sont appelés Post Panamax. Avant 2016, les Panamax avaient une capacité d’environ 5 000 EQV (équivalent 20 pieds) et les Post Panamax étaient des super-pétroliers, des vraquiers et la plupart des porte-conteneurs modernes. Mais en juin 2016, de nouvelles écluses ont été inaugurées, elles mesurent chacune 427 mètres de long sur 55 mètres de large ! Les références Panamax et Post Panamax s’en voient donc toute chamboulées puisque ce nouvel ouvrage permet le passage de bateaux d’une contenance de 13 000 EQV, autant dire de véritables monstres marins…et encore ce ne sont pas les plus gros ! Ces titanesques travaux étaient devenus incontournables à la survie du canal. En effet l’augmentation du prix de la traversée depuis son passage aux mains des Panaméens ainsi que la taille de plus en plus démentielle des bateaux lui ont fait perdre en compétitivité… à tel point qu’il pouvait être préférable d’emprunter une route beaucoup, beaucoup plus longue!

UNE POLITIQUE ÉCONOMIQUE ATTRACTIVE

Le Panama enregistre une croissance annuelle avoisinant les 8 à 10 % et attire de plus en plus d’investissements étrangers ! C’est un véritable hub par lequel transitent aussi bien, marchandises, hommes, informations et capitaux …il faut dire que le pays pratique en ce sens une politique plutôt agressive ! Par exemple, la zone de libre échange créée en 1948 dans la ville de Colón à l’embouchure du canal est la plus grande zone franche de l’hémisphère nord, et rien moins que la 2ème au monde après celle de Hong-Kong ! De plus, le pavillon de libre immatriculation, dit aussi de « complaisance », permet à n’importe quel navire du monde de demander une immatriculation panaméenne et de bénéficier ainsi d’une législation particulièrement souple, et ce, en tout point de vue… En conséquence, 1 bateau marchand sur 5 arbore le drapeau du Panama et ce petit pays peut se targuer de posséder la plus grande flotte de marine marchande du monde.

« LAUDATE SI »LE PLUS GRAND PARC ÉOLIEN D’AMÉRIQUE CENTRALE

Avec ses 86 turbines et sa capacité potentielle installée de 215 mégawatts, le parc éolien de Penonome, dans la province de Coclé, est le plus grand d’Amérique Centrale et des Caraïbes ! Il serait en capacité de couvrir 12.5% de la demande énergétique panaméenne, permettant ainsi de réduire l’émission de CO2 de 450 000 tonnes par an et d’économiser environ 900 000 barils de pétrole! Toutefois la source d’énergie la plus importante du pays reste l’hydraulique qui est à l’origine de plus de 60% de l’énergie du pays. Bien qu’énergie verte, l’augmentation de l’usage de cette ressource soulève des questions très sensibles puisque l’aménagement de barrages implique souvent le déplacement de villages et la submersion de terres cultivées, voire sacrées, des populations indigènes !

La géothermie et le solaire sont quant à eux très peu développés et le reste de l’énergie nécessaire au pays est fourni par la combustion d’hydrocarbures ou de charbon.

LE CHAPEAU PANAMÉEN

Connais-tu le chapeau typique du Panama ? … louche cette question, ça parait beaucoup trop simple… pourtant il serait quand même logique que ce soit le fameux Panama ! Et bien non…j’admets, c’est piège ! Le chapeau appelé Panama est en réalité originaire d’Equateur. C’est parce qu’il était porté par de nombreux ouvriers et ingénieurs du canal, dont beaucoup venaient de ce pays d’Amérique du Sud, que les Américains l’ont appelé le « Panama Hat » ! Le vrai chapeau traditionnel du Panama est le Pintado ! Il s’agit d’un élégant chapeau rond, souvent bicolore, fabriqué à partir de fibres végétales !

LE BASEBALL ET LA BOXE

Le sport national du Panama est le baseball ! Pratiqué depuis les années 1870 il est extrêmement populaire, notamment dans les campagnes. La ligue panaméenne compte 11 équipes, et nombreux sont les joueurs à être recrutés par des équipes étasuniennes. C’est le cas de Mariano Rivera, véritable star locale, considéré comme le meilleur lanceur de tous les temps !

La boxe est également un sport très populaire au Panama. Le premier champion du monde d’Amérique latine, « Panama » Al Brown était … panaméen (cette fois la logique l’emporte !). Toutefois, c’est Roberto Duran, dit « Mano de Piedra », champion du monde dans 4 catégories et détenteur d’un palmarès de 105 victoires dont 69 par KO, qui incarne la figure de proue de la boxe Panaméenne. Cette légende vivante est d’ailleurs à l’origine de nombreuses vocations dans cette discipline au Panama.

LE PROJET DARIEN : PANAMA ET CRÉATION DU ROYAUME-UNIS

Voilà une histoire incroyable qui mérite d’être racontée … Tout commence en Ecosse vers la fin des années 1680 où un négociant parlementaire, Sir William Paterson, pousse à la création d’une compagnie marchande écossaise visant à développer le commerce entre deux océans. C’est dans un esprit d’autonomie nationale et avec l’objectif de concurrencer les autres nations européennes (notamment l’Angleterre et son East India Company) que la Company of Scotland Trading to Africa and the Indies fut créée en 1695. Ses directeurs décident alors de subventionner leur entreprise coloniale par le biais d’une société par actions. Suite à une forte opposition anglaise, la levée de fond, qui devait initialement concerner également des investisseurs étrangers, ne fut finalement que purement Ecossaise. La campagne est un immense succès : en cinq mois, la somme record de 400 000 livres est atteinte, soit la moitié du capital du pays ! Ce seraient la promesse de terres fertiles ainsi que la fierté de se positionner à égale des grandes puissances qui auraient suscité cet incroyable, et malheureux, élan populaire!

La colonisation débute deux ans plus tard dans le Darien au Panama, choix stratégique entre océan Atlantique et océan Pacifique, mais les conditions de vie exécrables, les épidémies et l’hostilité espagnole poussent les colons à fuir dès juillet 1699. Toutefois, la nouvelle de cet échec n’arrive pas à temps en Écosse et une seconde expédition est partie entre temps, découvrant sur place une colonie désertée et en ruines… les Écossais abandonnent définitivement le Darien en février 1700. Le bilan de l’entreprise est lourd, en plus de la mort de la quasi-totalité des 2500 écossais embarqués dans cette aventure le pays se retrouve dans une situation économique insoutenable. C’est alors que l'indemnisation des actionnaires fut négociée en échange du rattachement de l'Écosse et de l'Angleterre en 1707 par la signature de l’Union Act.

EMBLÈMES NATIONAUX

La devise nationale est « Pro Mundi Beneficio » à savoir « Pour le bienfait du monde »… ça en jette quand même !

Arbre national :

Le Guayacan

Fleure nationale :

Une orchidée, Peristria Elata

Oiseau national :

La Harpie Féroce

QUE FAIRE AU PANAMA ?

Le Panama est souvent sous-estimé des voyageurs et pourtant ce magnifique pays a énormément à offrir ! Entre fabuleux paysages, richesse culturelle, plages paradisiaques, succulentes spécialités locales, activités en plein air et shopping le pays a forcement quelque chose pour te plaire !